J’ai suivi les cours de l’école Icart Photo. Ecole située à Levallois Perret qui enseigne (enseignait, c’était il y a plus de 20 ans, mais elle existe toujours) la photographie au sens large et plutôt généraliste.
Cours de prise de vues en extérieur d’après un thème, cours de prise de vues en studio, tirage de photographie en laboratoire. Histoire de la photographie, la photographie publicitaire, la photographie de presse, la réalisation d’un ouvrage photographique…
Suite à cette formation, j’ai cherché du travail dans la photographie sans succès et j’ai du choisir une autre voie.
J’ai toujours pratiqué la photographie en parallèle de mon travail et également pour mon métier en tant que chargé de communication.
Il y a quelques années j’ai commencé à photographié les sculptures dans les jardins musées, ou dans les musées qui autorisent l’usage de la photographie. Comme par exemple le musée Rodin, le musée Zadkine, le musée Bourdelle et puis à l’occasion de la Fiac (foire internationale d’art contemporain) ou les oeuvres d’art contemporain sont exposées au jardin des tuileries et dans d’autres jardins parisiens ainsi que pour Monumenta, événement au cours duquel un artiste investi le grand palais.
J’aime quand l’œuvre d’art sort du musée et se confronte à l’œil du néophyte, l’interroge, l’amuse, l’interpelle et quand elle se mêle à la végétation ou à l’architecture de la ville.
Mon exposition « musée buissonnier » qui a eu lieu l’année dernière à l’hôpital vaugirard abordait ce sujet.
A l’occasion de cette exposition, une photo plutôt abstraite d’un court d’eau dont le fond de l’eau, sa surface et son reflet se mêlent et que l’on peine à distinguer à retenue plus particulièrement l’attention de certains. Cela a été le point de départ d’un autre travail que je vous présente aujourd’hui, avec le titre de « l’eau en bas ».
Ces photographies traitent toutes de l’eau. L’eau dans tous ces états. La pluie sur le verre, un jet d’eau, des bassins, la seine, un cours d’eau…l’eau d’ici, l’eau de là bas, l’eau d’en bas.
En lien avec l’exposition précédente on retrouve quelques photos prisent à l’occasion de la fiac en octobre dernier.
 

Top